« Être handicapé n’est qu’un état d’esprit »

 « Être handicapé n’est qu’un état d’esprit »

Emelyne Nshemezimana

Emelyne Nshemezimana est native de la province Gitega.  Née aveugle et âgée de 26 ans, elle est devenue désormais la première journaliste aveugle au Burundi après avoir obtenu un diplôme de bachelier dans la faculté de journalisme et communication à l’université nationale du Rwanda. Aujourd’hui, elle est coordinatrice de l’action sensible aux personnes vivant avec un handicap au sein de Jimbere Magazine où elle anime l’émission « Natwe turashoboye » qui passe chaque mercredi sur la radio Kazoza F.M.

Très ambitieuse et courageuse, Nshemezimana avait dans son cœur la passion d’aider les autres malvoyants burundais et d’autres personnes vivant avec un handicap, d’étudier dans un système éducatif innovant. Elle affirme que son rêve d’enfance est en train d’être réalisé.

Son parcours scolaire

Emelyne Nshemezimana a commencé ses études à l’école primaire pour aveugles de Mushasha en province de Gitega. Elle était parmi les élèves brillants en classe, car elle occupait toujours les premières places avec plus de 70 %. Bien qu’elle obtenait de bons résultants, les conditions d’apprentissage n’étaient favorables car, pour prendre les notes, elle utilisait les tablettes pour l’écriture braille seulement.

Après avoir terminé l’école primaire, elle a continué ses études à l’école secondaire pour aveugles au HVP Gatagara- Rwamagana au Rwanda.  Une aventure dure pour elle.  « Premièrement, avec mon handicap, quitter le pays pour aller étudier à l’étranger c’était difficile pour moi et pour ma famille. Penser que je pouvais aller vivre ailleurs, sans un autre tuteur n’était pas envisageable. C’était une séparation douloureuse, mais je n’avais pas d’autres choix. Deuxièmement, je devrais aussi maîtriser l’utilisation des outils modernes d’apprentissage pour aveugles comme le Perkin, l’ordinateur et le téléphone Android alors qu’au Burundi, j’utilisais les tablettes pour l’écriture braille seulement », raconte-t-elle avec un sourire sur ses lèvres.

Le courage et la détermination sont les principales caractéristiques de cette charmante fille. Elle a redoublé les efforts pour garder ses premières places.  « Je travaillais dur pour réussir à l’examen d’Etat et j’ai enfin terminé mes études secondaires dans la section des Lettres avec une note de 70% », affirme-t-elle avec fierté.

Mme Nshemezimana ne s’est pas arrêtée là. Elle s’est fait inscrire dans la faculté de Journalisme et communication à l’Université Nationale du Rwanda. Maintenant, elle est bachelier en journalisme et communication.

Après avoir terminé ses études, elle a cherché des stages pour synchroniser les théories et la pratique. Elle a exercé le métier de journalisme pour la première fois à la radio Humuriza F.M de Gitega et puis à la radio Izere de Rumonge.

Comment elle a decroché l’emploi à la radio Kazoza F.M ?

« Moi, je crois que c’est par la grâce de Dieu que j’ai décroché un emploi. Jimbere Magazine cherchait un employé vivant avec un handicap et ils m’ont déniché et puis j’ai commencé mon travail à la Radio Kazoza F.M où j’anime une émission nommée Natwe turashoboye qui passe chaque mercredi de 14hoo à 14h 30 ».  Dans ce programme, elle a décidé de devenir le chantre des droits des personnes vivant avec un handicap.

Elle déclare qu’être handicapé n’est qu’un état d’esprit. Il n’y a aucune activité qu’une personne vivant avec un handicap ne puisse réaliser. Par exemple, J’ai fait mes études avec des étudiants normaux, mais cela ne m’a pas empêché d’obtenir des résultats satisfaisants. Je me souviens même qu’à l’université j’ai obtenu 79% et c’est de cette manière que j’ai réussi à décrocher un emploi je pense.

Dans ces programmes, elle s’attèle aussi à montrer comment les personnes vivant avec handicap sont également capables et que c’est la raison pour laquelle elles ne devraient jouir des mêmes opportunités dans la société comme tout le monde.

Croyez-vous qu’une personne aveugle puisse lire et écrire comme les voyants ?

L’impossible est devenu possible. Depuis son enfance, elle se distinguait par l’amour du travail. C’est elle qui fait la lessive de ses habits et aidait même dans toutes les activités domestiques. Elle utilise très bien l’ordinateur et le smartphone comme une personne normale. Elle peut envoyer des messages vocaux et des texto sur WhatsApp et visiter sans contrainte la page Facebook.

« Pour manipuler un ordinateur ou un smartphone, il y a des applications pour les aveugles qu’on installe dans nos appareils qui nous aident à lire et à entendre ce qui se passe et puis nos yeux et nos oreilles pourraient devenir nos doigts pour nous aider à écrire ce qu’on a entendu », dit-elle.

Mme demande au gouvernement du Burundi et aux sociétés publiques et privées de ne jamais refuser donner l’opportunité à une personne vivant avec un handicap qui est à la recherche d’un emploi. Elle leur demande aussi de bien les traiter et de les aider à trouver des occupations et à profiter la vie meilleure comme les autres. Nous lui souhaitons de continuer vers la réussite et d’avoir le succès dans son travail.

admin

Articles similaires

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

MENU
Mukenyezi Magazine